U2P CNAMS

Uber sommé se rendre des comptes après des accusations d’agressions sexuelles

16/12/2019

Uber, qui a révélé avoir enregistré des milliers d’agressions sexuelles aux États-Unis, est en pleine polémique après une série de plaintes de clientes en France. Le Gouvernement lui demande de rendre des comptes.

Le groupe américain a publié un rapport sur la sécurité à bord de ses VTC aux États-Unis. Ce rapport révèle près de 500 viols et 6000 agressions sexuelles enregistrés en 2017 et 2018.

En France, des centaines de témoignages rapportant des agressions sexuelles lors de transports Uber ont été publiés sur Twitter.

Une situation qui relance les problèmes des trafics de carte professionnelle VTC et de contrôle des plateformes.

En réaction, Marlène Schiappa, secrétaire d'État chargée de l'égalité entre les femmes et les hommes, a convoqué la direction de Uber France afin de rende des comptes.

Sur son site, Uber détaille les nouvelles mesures qu’il a présentées à la Secrétaire d’Etat.

Dès le lundi 16 décembre un système d’identification en temps réel des chauffeurs sera mis en place afin de lutter contre la fraude. Les chauffeurs devront prendre un selfie qui sera comparé en temps réel avec leur photographie vérifiée par nos équipes.

Uber mettra en place un accompagnement psychologique et juridique des victimes.  

Il demande également la création d’une base de données commune aux plateformes VTC permettant aux plateformes de faire en sorte qu’un chauffeur ayant son compte désactivé suite à une agression sexuelle, ne puisse conduire sur une autre plateforme.

En savoir plus